L'art de la connaissance du pain.

La vérité sort du four

Vous avez pu le lire ici et vous pourrez le lire encore sur Artologie.fr, des textes qui démontrent qu’il existe ou existait des boulangers poètes.
Etonnant ? Non, ce travail de matières nobles pour fabriqué un produit chargé de symbole, dans l’intimité et la solitude de la nuit, ce contexte ne peut qu’inspirer l’imagination de ces travailleurs. Même votre serviteur s’y est essayé, il y a quelques années, dans mon fournil sur une feuille de commande, dans le calme de la nuit, il a tenté de l’écriture en vers, tenté je dis bien, soyez indulgent.

La vérité sort du four

A cette heure précise, je doute,
Ai-je respecté la nature et sa route.

Je viens d’enfourner mon pain,
J’ai pétri, mélangé, farine et levain.

J’ai tout donné de ma passion,
Pour conduire au mieux la panification.

De mes ferments enrichis d’expérience,
Et d’une farine pure de toute science.

J’ai tenté d’écouter la pâte,
Ses réactions, calmement et sans hâte.

De tout mon être à chaque fois,
Je pèse, j’accompagne, façonne et crois,

Je regarde de très prés, à m’y bruler,
La pâte enflée, cuire et rendre sa vérité.

Le verdict sera sans appel,
Du four, il sortira de sa pelle.

Pain loi, pain triste ou pain joie,
La nature reprend toujours ces droits.

Respect de la matière ou trahison ?
C’est à chaque fois la même question.

Et quand enfin la vérité arrive,
Elle est nue, juste et divine.

De cette loi, je remercie,
D’avoir à chaque fois appris.

De mon métier, cette alchimie,
Du bon pain espéré, son oracle me grandi.

D’un triomphe ou d’un four,
La vérité sort du four.

Laurent Bonneau

Commentaires concernant: "La vérité sort du four" (1)

  1. Jolie poème :-), d’ailleurs je me suis permis de le copier sur mon blog avec bien entendu la source et l’auteur!

Envoyer un commentaire concernant: "La vérité sort du four"


9 − = trois